Accéder au contenu principal

Le Diplôme d’Etat d’Assistante de Service Social : tout est une question de persévérance !

Temps de lecture : 4 minutes

 

« Ce que je retiens de cette expérience, c’est qu’il faut persévérer. Je n’ai pas obtenu le DE cette année, mais je l’aurai l’année prochaine. Il faut s’accrocher à ses objectifs, en dépit des difficultés. »

Je m’appelle *Séline, j’ai 23 ans et j’ai intégré la formation d’Assistante de Service Social dès l’obtention du BAC. J’ai obtenu un BAC technologique spécialisé dans l’hôtellerie, c’est dire à quel point je n’envisageais pas de travailler dans le domaine du social.  Néanmoins, j’ai été sensibilisée aux notions d’entraide, d’ouverture d’esprit, de partage et d’écoute notamment car ma mère est assistante familiale. Par ailleurs, j’ai très vite réalisé que je ne pouvais m’épanouir dans le secteur hôtelier.

 

  • Quel est ton idéal de vie ?

Je souhaite me marier religieusement à l’église avec celui qui partagera ma vie. Être propriétaire d’une maison et fonder une famille autour de valeurs comme l’amour, le respect d’autrui et la tolérance. De plus, avoir un métier qui favorise mon épanouissement est essentiel.

 

  • Quel est ta vision de la réussite ?

A mon sens, la réussite se traduit par l’accomplissement de ses objectifs.

 

  • Quel est jusqu’à présent, l’acte accompli dont tu es la plus fière ? Et pourquoi ?

Il y a beaucoup de choses dont je suis fière, mais je pense que ce qui me rend la plus heureuse, c’est de contribuer au bien-être d’autrui.

Cela me fait penser qu’il y a quelques années, j’ai eu la chance de partir en République Dominicaine avec mes parents, je devais avoir une quinze ans. La pauvreté y est très présente et contraste énormément avec les hôtels de luxe.

Lors d’une excursion je me souviens avoir pris le bus, nous sommes passés devant des bidons-villes, et une dame d’un certain âge était assise au bord de la rue, le regard perdu dans le vide. Spontanément, je lui ai souri et je l’ai salué d’un geste de la main. Son visage s’est littéralement transformé, je crois que personne auparavant ne m’avait souri de cette manière.

Je garde en mémoire, l’instantanéité et la sincérité de ce moment.

 

  • Pourquoi as-tu choisi ce métier ?

Le métier d’assistante de service social, est en accord avec mes valeurs. Je suis autant que possible à l’écoute des autres, et j’aime apporter mon aide et mes conseils si besoin.

 

  • Quel est ton ressenti sur tes trois années de formation ? (Soutien de ta famille, des formateurs et collègues de promo)

Les trois années de formations sont passées très vite. J’ai eu l’impression de grandir énormément en peu de temps. J’ai beaucoup appris sur moi-même et également sur les autres.

J’ai pu bénéficier du soutien de mes amis et de ma famille, tout au long de la formation, ou presque.

Bien entendu, il y a des formateurs plus appréciés que d’autres mais ils sont pour la plupart, prêt à nous soutenir lorsque l’on rencontre des difficultés durant la formation.

Par ailleurs, la solidarité étudiante est bien présente, à quelques exceptions prêt. La formation de groupes en fonction des affinités de chacun est indéniable mais j’avais également conscience que je pouvais solliciter la majorité de mes camarades, afin d’avoir des retours constructifs sur mes écrits et ça, c’est le plus important.

 

  • Je sais que ta troisième année de formation ne sait malheureusement pas déroulée comme prévu. Peux-tu s’il te plait nous en dire un peu plus ?

En effet, c’est lors de ma troisième année de formation, que j’ai pris la décision de repousser ma présentation au DE. Et pour cause, j’étais dans un état de panique, je n’avais pas d’ISAP, mon ISIC n’était pas fini, mon mémoire très peu avancé, et mon stage de 3e année se passait mal. En janvier je voulais tout arrêter, je ne voulais pas retourner en stage, j’étais au bord de la crise de nerf.

Après un rdv avec la coordinatrice de formation, nous avons envisagé cette solution : il fallait que je continue d’aller en cours jusqu’au bout et que je rende les travaux demandés, même s’ils n’étaient pas aboutis. De plus, nous avons convenu que je devrais effectuer un stage supplémentaire de 4 mois l’année d’après, ce qui me laisserai le temps de rédiger les écrits demandés.

A partir de ce moment là, je me suis sentie plus légère. J’ai continué mon stage jusqu’au bout.

Au mois d’Avril, j’ai arrêté la formation parce que j’avais trouvé un poste d’assistante d’éducation. Cela m’a permis de faire une pause, d’avoir des responsabilités et de reprendre confiance en moi. A la rentrée scolaire suivante j’étais remotivée, prête à faire en sorte que celle-ci soit la dernière.

 

  • Comment as-tu annoncé cette nouvelle à tes proches ?

J’y suis allée à tâtons. Je leur ai dit que le report de formation était possible, que cela pouvait n’être que bénéfique pour moi. L’avis de mes proches était divisé. Mes parents et mon petit ami n’ont pas compris ma décision, ils ont eu du mal à l’accepter.

 

  • Une fois ce report de formation effectué, tu as donc réalisé une année supplémentaire dont les résultats au diplôme d’état n’ont pas été favorables. Comment as-tu vécu cette expérience ?

Je me suis interrogée sur mes capacité à être ASS, puis j’ai relativisé. Lorsque l’on rate le DC2 soyons honnête, il s’agit plus d’une question d’investissement personnel que de notre capacité à devenir ASS.

J’ai donc appelé la coordinatrice de mon école afin d’obtenir un rendez-vous, pour discuter des modalités de passage au DE pour l’année 2019.

Sur le plan administratif, j’ai l’obligation de me réinscrire à l’école pour passer le DC manquant. En ce qui concerne la CAF, je conserve mon statut étudiant et pour la mutuelle, je vais devoir m’affilier à celle de mon travail.

 

  • Comment envisages-tu l’année 2018-2019 ?

Je ne souhaite pas rester sur un échec, je compte bien avoir ce diplôme entièrement et si je dois faire deux voir trois années de plus que les autres et bien qu’il en soit ainsi.

Avant de passer le DE, j’ai passé un entretien d’embauche pour travailler au sein d’un CCAS. Ils m’ont dit que si j’étais diplômée, ils me prenaient. Lorsque les résultats au DE m’ont été communiqués, je leur ai expliqué ma situation. Puisque le mémoire relève d’un travail personnel, je leur ai dit que mes heures de formation étaient relativement restreintes. En effet, il me semble n’avoir qu’une vingtaine d’heures en tout durant l’année.

Après plusieurs semaines d’attentes, ils m’ont annoncé que j’avais ma place au sein de leur structure mais sur le grade d’adjointe administrative en CDD d’1 an, à hauteur de 39 heures par semaines. Si j’obtention mon diplôme en 2019 et qu’ils souhaitent me garder, un autre contrat d’une durée d’1 an sera effectué sur le grade d’assistante sociale éducative avec possibilité de passer le concours de la fonction publique. Ce contrat sera renouvelé 3 fois maximum. L’année 2018-2019 sera donc une année de travail et de validation du mémoire.

 

  • Quelle leçon as-tu tiré de cette expérience ?

Je n’ai pas été étonnée de ne pas avoir validé le DC2 car je me sentais quelque peu en difficulté sur ce dossier. J’en venais même à me dire que sur un coup de chance peut-être que ça pourrait le faire. Quoiqu’il en soit, mieux vaut ne pas compter sur la chance, mais sur le travail que l’on effectue.

Ce que je retiens de cette expérience c’est qu’il faut persévérer. Je n’ai pas obtenu le DE cette année, mais je l’aurai l’année prochaine. Il faut s’accrocher à ses objectifs en dépit des difficultés.

 

  • Comment te sens tu actuellement ?

Je suis sereine et déterminée, je sais que cette année ne sera pas simple non plus, mais je n’ai qu’un écrit à réaliser. Je suis plus que motivée, à finir le travaille que j’ai commencé.

 

 

« Ce qui me rend la plus heureuse, c’est de contribuer au bien-être d’autrui. »

 

 

Dans une société ou l’échec est glissé discrètement sous le tapis, à l’abris des regards et du jugement d’autrui, il est bon de rappeler que l’échec engendre aussi, les plus belles réussites.

 

Un grand merci à toi *Séline et à l’année prochaine pour un autre témoignage, cette fois-ci en tant que professionnelle. ; )

 

*L’anonymat a été conservé, un pseudonyme à donc été utilisé.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :